Seventh-Day Adventist Church

IAD MINISTERIAL ASSOCIATION

Menu

Weekly FR

25 mai 2018

La Valeur de l’Etude Quotidienne

Il ne fait aucun doute que la question suivante vous est familière, « Avez-vous étudié la leçon? » En fait, elle est posée chaque sabbat dans chaque classe de l’Ecole du Sabbat à chaque membre présent. Fondamentalement, la question cherche à déterminer qui a étudié la leçon pendant la semaine. Cependant, il y a plus que cela derrière la question, car elle permet d’indiquer si les membres accordent de l’attention à ce qui compte vraiment - le culte quotidien et, par extension, si l’église grandit spirituellement. Pour cette raison, je partage avec vous certains avantages du culte quotidien.
 
Avantages de la Dévotion Quotidienne
En première position dans les avantages d’une dévotion quotidienne, il y a le fait qu’elle permet la croissance dans sa relation avec Dieu. Dans Marc 3:14, Jésus est présenté en train de désigner 12 disciples « pour les avoir avec Lui, et pour les envoyer prêcher. » Souvent, l’expression « les avoir avec Lui » passe inaperçue vu qu’il y a une tendance à « faire » et à « aller » par opposition à « être. » La dévotion quotidienne permet d’avoir du temps pour et avec Dieu; et c’est clairement un besoin pour l’humanité, qu’elle le reconnaisse ou non.

De plus, le temps passé avec Dieu permet à chacun d’être conscient de son péché et de chercher sincèrement le pardon de Dieu. Nous sommes des pécheurs sauvés par grâce et luttant quotidiennement contre les faiblesses et les problèmes de toutes sortes. Quand je lis ma Bible, quand je suis le plan d’étude de la leçon, et que je prie, je suis enclin à confesser et à chercher le pardon de Dieu et Sa puissance.

En outre, mes jours sont plus faciles à gérer. Cela ne veut pas dire que l’on n’aura pas de défis à affronter ou d’imprévus. Ils sont inévitables, mais le temps avec Dieu permet d’avoir la disposition et la perspective qu’on n’aurait pas eues autrement.

Elle fait quelque chose pour mon épouse quand elle entend mon intercession en sa faveur, et que je cite son nom. De même, nos enfants sont encouragés par nos prières, et plus tard, si ce n’est maintenant, ils auront des raisons de se souvenir et de se remémorer ces moments du culte du matin et du soir. Ensuite, il y a la possibilité de grandir dans la connaissance. En tant que pasteur ayant plus de 36 ans d’expérience, je ne cesse d’être étonné par ce que j’apprends simplement en étudiant les leçons de l’Ecole du Sabbat. Quelle bénédiction d’étudier les événements du Temps de la Fin ce trimestre, cela nous donne l’opportunité de mettre à nouveau l’emphase sur le sanctuaire, le ministère sacerdotal du Christ, le changement du Sabbat, le rôle de l’Amérique et le Sceau de Dieu, etc.
 
Quand Nous N’étudions Pas
D’un autre côté, lorsque nous ne consacrons pas de temps à Dieu et à Sa Parole, nous ratons des occasions de grandir spirituellement, ce qui fait que nos journées semblent être hors de contrôle. Peut-être cela explique-t-il pourquoi nous sommes si occupés sans pour autant être en mesure d’indiquer ce que nous avons accompli. Ou peut-être que nous accomplissons ceci et cela mais nous nous sentons vraiment vides et insatisfaits. Sommes-nous heureux ou sommes-nous grincheux? Ne devrions-nous pas déborder de l’amour du Christ? Si nous trouvons des fautes chez tout le monde sauf nous-mêmes, alors peut-être que nous ne passons pas assez de temps avec Dieu, à lire Sa Parole et à prier. Je ne peux pas parler pour vous, mais j’ai vécu cela; et ce n’est que lorsque je prends du recul ou que je me retire de tout et de tout le monde que je retrouve attention, assurance et confiance. Considérez la description suivante du Christ: « Pendant son séjour parmi les hommes, Jésus lui-même était souvent en prière. Notre Sauveur a connu nos besoins et nos faiblesses. Il nous apparaît comme un suppliant, demandant constamment à son Père une provision nouvelle de forces pour faire face aux devoirs et aux épreuves. Il est notre modèle en toutes choses. » (Vers Jésus, p. 142). Considérez que « Si le Sauveur des hommes, le Fils de Dieu, éprouvait le besoin de la prière, à combien plus forte raison ne devrions-nous pas, faibles, pécheurs et mortels, sentir la nécessité de prier sans cesse et avec ferveur! » (ibid.).

Ainsi, en résumant mon article hebdomadaire, il y a plus derrière la question: « Avez-vous étudié? » Cela est nécessaire pour le salut de mon âme et de votre âme. Pour chaque jour l’église propose une portion des Ecritures que vous et moi sommes invités à lire et à étudier afin que nous puissions grandir dans la grâce et la connaissance de Dieu; et un jour, bientôt, espérons le, Jésus viendra nous prendre pour que nous soyons avec Lui. Et nous serons dans la présence même de Dieu. Par conséquent, je nous invite instamment à prendre le temps pour la lecture de « Croire en Ses Prophètes » et pour l’étude de la leçon de l’Ecole du Sabbat. L’étude de la leçon peut faire de vous un étudiant de la Parole de Dieu instruit et spirituel. Qu’y a-t-il d’étonnant à entendre Job dire: « j’ai fait plier ma volonté aux paroles de sa bouche. » (Job 23:12). Adorer, c’est vivre, et vivre, c’est passer l’éternité avec Dieu!


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Éditeur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA

                        

18 mai 2018


Accepter l’Ensemble

Est-ce Possible?

Est-il possible d’être Adventiste du Septième Jour et de ne pas accepter le sabbat? Est-il possible d’être Adventiste du Septième Jour et de ne pas accepter la doctrine de la Seconde Venue? Il semblerait absurde de poser de telles questions à un Adventiste du Septième Jour, car les deux doctrines du Sabbat et de la Seconde Venue sont ancrées et enracinées dans le nom Adventiste du Septième Jour.

Est-il possible d’être Adventiste du Septième jour et de ne pas accepter les doctrines de l’Etat des Morts ou du Sanctuaire? Sans équivoque non! Ce sont des doctrines fondamentales. Très bien, qu’en est-il de la Justification par la Foi ou des écrits de l’Esprit de Prophétie? Est-il possible d’être Adventiste du Septième Jour et ne pas accepter ces enseignements? Encore une fois la réponse devrait être « Non. » Cependant, cela peut vous surprendre qu’il y ait des personnes qui se considèrent Adventistes du Septième Jour de bonne facture, mais qui n’acceptent pas tout ce qui a été mentionné ci-dessus, en particulier les écrits inspirés qui font partie de l’héritage de l’église. Maintenant, j’imagine que vous êtes fatigués des questions et que vous vous demandez, « Où veut-il en venir avec cela ? » je sollicite votre patience et vous pose encore une question.

 
Qu’en est-il de l’Education Adventiste?
Est-il possible d’être Adventiste du Septième Jour et de ne pas accepter l’Education Adventiste, surtout quand on considère le véritable but de l’Education Adventiste? Je dois admettre que, quand on comprend la raison d’être de l’Église Adventiste du Septième Jour, il est difficile et, d’une certaine manière, inconcevable d’appartenir à l’Eglise Adventiste et de ne pas croire en l’éducation Adventiste et la soutenir. Pour dire les choses brièvement, la principale préoccupation de l’église c’est le salut; car Jésus dit: « Je suis venu chercher et sauver ce qui était perdu. » Par conséquent, tous nos programmes et toutes nos initiatives doivent être éclairés par cet objectif – qu’il s’agisse d’éducation, de santé, de jeunesse ou de vie de famille. Il doit vous apparaître clairement que l’éducation Adventiste représente une préoccupation particulière pour moi, car je vois une tentative de l’ennemi d’obscurcir notre entendement et de nous induire en erreur en nous faisant croire que cela n’a pas d’importance. Ellen White nous rappelle que « Si l’on y réfléchit profondément, on comprend qu’éducation et rédemption sont une seule et même chose » (Education, p.35). De plus, elle dit que « L’idéal que Dieu propose à ses enfants dépasse de beaucoup tout ce qu’ils peuvent imaginer de meilleur. Le but à atteindre, c’est l'amour de Dieu — la ressemblance avec Dieu. » (ibid, p.21).
 
Que Signifie Etre un Adventiste du Septième jour?
Donc, en tant qu’Adventiste du Septième Jour, est-ce que j’accepte toutes les positions de mon église? Le postmodernisme m’apprend que je peux être un bon disciple sans pour autant tout accepter. Bien sûr, être un bon Adventiste du Septième Jour ne signifie pas que je suis parfait ou que je comprends tout. Ce que cela signifie, c’est que j’ai accepté Jésus-Christ, et que je suis désireux de me laisser conduire par Lui totalement et sans réserve en suivant la direction qu’Il a choisie. Et puisqu’Il sera mon Guide, la question ne portera pas sur ce que j’accepte ou n’accepte pas. La Bible déclare dans Proverbes 4:18: « Le sentier des justes est comme la lumière resplendissante, dont l’éclat va croissant jusqu’au milieu du jour. » (LSG). Oui, cela signifie que je suis disposé à être conduit ; comme le dit le cantique : « tout le long du chemin mon Sauveur me conduit. » Cela ne devrait-il pas être l’objectif de tous?


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Éditeur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA

11 mai 2018

Qu’Attend Dieu de Notre Leadership?


Par Josney Rodríguez, Secrétaire de l’Association Pastorale

C’est une question centrale pour le développement d’un ministère plein de foi et de puissance. Cependant, la réponse n’est pas facile car nous devons considérer le contexte du temps dans lequel nous vivons, les défis internes à l’église et notre destinée prophétique. Cette vision en trois volets nous placera précisément là où nous pouvons voir le rôle que nous devons assumer.


 Sans cela, nous serions comme celui qui « court en battant l’air » (1 Corinthiens 9:26). Ceci signifierait que n’aurions pas la vision qui nous permet d’anticiper clairement le scénario que nous espérons construire. D’autre part, nous ferions preuve d’un manque d’engagement, car nous n’aurions pas de destination, et tout comme le marin qui n’a pas de direction, tout vent sera favorable. Et plus important encore, notre impact ne serait pas permanent.

 L’une des merveilles des stalactites, un miracle de la nature, est qu’elles ont été formées suite à un effort ; bien que petites au départ, elles se sont développées sur une très longue période. Tout leadership qui veut être influent doit clairement définir son rôle. On retrouve une bonne illustration de ce principe dans cette déclaration faite par le Christ: « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre » (Jean 4.34). Jésus avait une destinée particulière et un plan clair pour l’atteindre.

Que se passe t-il autour de nous?

Considérant les circonstances qui nous entourent, nous pourrions affirmer sans aucun doute que le monde s’enfonce de plus en plus dans le chaos climatologique, politique, social et spirituel. Pouvons-nous clairement discerner cette réalité qui nous frappe comme une vague gigantesque qui tente de faire chavirer l’humanité ?

Un des plus extraordinaires aspects est l’ensemble des conflits sociaux qui ont lieu en interne et entre les pays, ainsi que le rôle que le leader de l’Église Catholique s’est octroyé en tant que champion unificateur et omniprésent dans ces conflits. Ceci, bien sûr, ajouté au développement du mysticisme, du spiritisme, et au fonctionnement du Protestantisme, présente un panorama prophétique. C’est un scénario favorable pour la réalisation des événements de la fin des temps d’après ce qu’indique la Parole de Dieu et l’Esprit de Prophétie.

Que nous arrive-t-il?

D’un autre côté, au niveau interne, un nombre significatif de membres d’église souffrent d’engourdissement spirituel, de manque d’engagement et d’indifférence au développement d’une relation personnelle et dynamique avec le Christ. Pourquoi? J’entends certains dirent sans hésitation: « à cause du berger qui est tiède. » Que peut-on faire pour changer cela? Pour compliquer la situation, dans certains cas, le manque de leadership ou le manque d’engagement de la direction neutralise l’influence du leader. Cependant, la bonne nouvelle est qu’il y a aussi un immense désir de changement dans l’église. En sortant d’une réunion de dirigeants, l’un d’entre eux, dans une tenue simple, mais avec ses yeux pleins de foi et d’amour, s’est approché de moi et a dit: « Dieu prépare son église pasteur, » m’a-t-il dit avec enthousiasme. « Je suis sûr, plus que jamais, que Dieu nous conduit à accomplir la mission. » Nous ne pouvons qu’être d'accord. Oui! Quelque chose commence à se produire. Et le meilleur dans tout cela, c’est que nous voulons que cela se produise.

Quel est le plan prophétique?

Le livre de l’Apocalypse évoque au chapitre 18: 1-3 l’accomplissement glorieux de la mission de l’église avec une onction abondante de la puissance du Saint-Esprit. Cet événement dépassera de loin ce qui s’est passé à la Pentecôte, et sa portée sera mondiale. Pouvez-vous imaginer cela? Pouvez-vous le voir? Que manque t-il pensez-vous pour que cela se produise? Très peu, j’en suis convaincu, très peu!

Cela nous amène à notre question initiale, quel est le rôle que nous avons à remplir en tant que pasteurs et dirigeants de congrégations dans un monde troublé, une église dans l’attente, et une prophétie divine. La réponse est simple mais très solennelle. Nous ne pouvons pas avoir un leadership qui soit satisfait de ce qui s'est passé ou de ce qui se passe et qui reste sur le côté, sans intervenir. Il faut d’un leadership courageux, désireux de transmettre un message au monde et de conduire l’église dans la recherche d’une nouvelle expérience avec Dieu. C’est une direction qui cherche à faire en sorte que l’effusion de l’Esprit devienne une réalité au sein du peuple de Dieu, et que l’amour, l’unité et la foi, triomphent du formalisme, de l’apathie et de l’incrédulité. Ce dont l’église a besoin c’est d’un leadership qui conduit à une transformation ! Des pasteurs et des anciens qui exercent un leadership qui a un impact sur l’église et qui bouleverse le monde. Un leadership comme celui d’Elie! Si vous êtes un dirigeant, et que Dieu vous a confié cette responsabilité, il vous appartient d’accepter de relever le défi qui consiste à être Son instrument divin afin que cette année, un changement spirituel se produise dans votre congrégation. Quelque chose doit se produire par la grâce de Dieu!

Le moment est arrivé d’avoir un leadership transformateur!

Accepter cette réalité, y penser, prier et travailler pour cela représentent le défi à relever pour tous les dirigeants de la Division Inter Américaine. Pour cette raison, je vous invite à prier tous les jours à 5 heures du matin pour que Dieu répande Sa puissance, qu’Il nous montre la voie et nous donne la victoire.

L’important défi que doit relever le Secrétariat de l’Association Pastorale de la Division, est de soutenir les unions et les champs dans le développement des pasteurs et des dirigeants pour notre temps. Si vous désirez vous engager envers Dieu dans cette tâche solennelle, rapprochez-vous de vos dirigeants de votre champ afin d’être orientés et faire partie du groupe influent d’hommes et de femmes qui se rassemblent tous les jours pour mener à bien la tâche qu’ils ont à accomplir. Il est temps de faire le travail pour lequel Dieu nous a appelés!

Ci-dessous, un lien vers un sondage qui servira d’évaluation des aspects à considérer dans votre leadership à partir d’aujourd'hui. Que Dieu vous bénisse.

Anglais https://es.surveymonkey.com/r/CKJ2CWC

Français https://es.surveymonkey.com/r/CLSPTMP

Espagnol https://es.surveymonkey.com/r/CVWTW3S


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Éditeur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA


4 mai 2018


Entrer en Relation avec les Autres Groupes Religieux


Ce n’est pas un secret ; certains de nos membres sont mal à l’aise lorsque les dirigeants, locaux et internationaux, entrent en conversation avec d’autres groupes religieux. Un esprit suspicieux tend à se manifester, mais y a-t-il vraiment un besoin d’être à ce point préoccupé? La recherche et les observations sembleraient suggérer qu’il pourrait y avoir des avantages à entrer en relation avec des personnes appartenant à d’autres religions. Je partage donc avec vous certaines suggestions qui peuvent s’avérer bénéfiques lors des contacts avec ces personnes.

Soyez Prêts à Justifier Votre Foi
L’Apôtre Pierre a encouragé les croyants de son époque en disant : « étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demandent raison de l’espérance qui est en vous, » (1 Pierre 3:15, LSG). Si nos doctrines et nos croyances sont bibliques, et elles le sont, ne devraient-ils pas résister à un examen approfondi? Je le pense.

Croyances Communes
Dans une certaine mesure, nous partageons de nombreuses doctrines avec les évangéliques, d’après ce qu’indique William Johnson, ancien rédacteur en chef d’Adventist Review, dans son livre Embrasser l’Impossible. Ce sont l’Inspiration des Écritures, l’Incarnation, la Naissance Virginale, la Mort Expiatoire, la Résurrection de Jésus, la Seconde Venue, l’Evangélisation, la Nouvelle Naissance et la Vie de Piété manifestées dans la Prière, l’Étude de la Bible et le Témoignage Chrétien. Donc pour débuter, il serait bien lorsqu’on entame des conversations avec d’autres groupes, de commencer avec les points communs, ou les points sur lesquels nous sommes d’accord. Cela permet d’explorer des domaines tels que le sabbat, Ellen White, l’état des morts et le sanctuaire - des domaines où il existe des différences notables.

Se Mêler aux Autres Sans Crainte
On dit d’Ellen White qu’elle a souvent parlé des mouvements de tempérance à son époque. Il est certain que nous avons des connaissances précieuses qui doivent être partagées plus largement et de manière plus agressive, en particulier dans le domaine de la santé et celui de la vie de famille. Très franchement, nous pouvons faire plus dans certains de nos champs. Par conséquent, participons aux activités communautaires et soyons disposés à partager ces connaissances sans esprit de jugement ou de condamnation.

Plus Convaincus
Avoir l’opportunité de partager ma conviction sur le sabbat et l’alimentation, entre autres sujets, a été instructif pour les personnes avec qui j’ai eu à entrer en relation dans des comités autres que celui de l’église et dans des endroits influents. Dans le livre Embrasser l’Impossible, William Johnson consacre un chapitre complet aux discussions avec d’autres mouvements religieux tels que les Luthériens, les Evangéliques et l’Église de Dieu du Septième Jour. En fait, vous devriez savoir que grâce à telles rencontres, Walter Martin et Donald Barnhouse, éditeurs du magazine Eternity, ont changé leur position initiale sur les Adventistes du Septième Jour, ne les considérant plus comme une secte, mais comme des Chrétiens authentiques (Bien entendu, nous avons toujours été au clair sur notre identité, mais il est bon que les autres parviennent également à cette conclusion). Dieu désire que nous soyons ses ambassadeurs au quotidien, toujours prêts à donner raison de la foi qui est en nous. Ma prière est que vous et moi soyons trouvés fidèles.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA

27 avril 2018


L’importance du Saint Esprit

Chaque jour, lors de mes moments de dévotion, je tombe dans mes lectures sur diverses déclarations et pensées. Parfois, je dois les lire à plusieurs reprises pour en saisir le sens profond. Cependant, certaines d’entre elles me frappent à première vue, et parlent directement à mon âme. C’est le cas lorsque je lis le chapitre 5 de Conquérants Pacifiques, intitulé « Le Don du Saint Esprit. » L’auteure, Ellen White, a écrit: « Partout où le besoin de l’Esprit est méconnu, on constate une sécheresse spirituelle, des ténèbres, le déclin, et enfin la mort. Bien qu’offerte avec une infinie plénitude, la puissance divine nécessaire au développement et à la prospérité de l’Eglise reste déficiente chaque fois que les sujets secondaires occupent l’esprit. (Conquérants Pacifiques, p. 45). Compte tenu de la déclaration précédente, il est clair que nous devons rechercher agressivement la direction du Saint-Esprit chaque jour.
 
L’Importance du Saint Esprit
Je dois vous avouer que j’ai appris à prier pour le Saint Esprit et Sa direction, surtout quand je dois prendre part à des rencontres où je sais pas vraiment à quoi m’attendre. Cependant, je me suis rendu compte que même dans les réunions et les situations où je me sens le plus confiant, j’ai besoin de m’appuyer sur le Saint Esprit. « Pourquoi? » demanderez-vous peut-être. C’est parce que j’ai découvert que lorsque j’ai ce sentiment d’excès de confiance, j’ai tendance à prier peu; et c’est à ce moment que ce qui était supposé être une situation facile et prévisible s’avère être exactement le contraire de ce à quoi je m’attendais. Il se pourrait que Dieu me montre que, dans chaque situation, j’ai besoin de m’appuyer davantage sur Lui - même dans des situations que je peux considérer comme peu problématiques.

En conséquence, je vous invite à reconsidérer la déclaration ci-dessus de Mme White. Je souligne: « Partout où le besoin de l’Esprit est méconnu, on constate une sécheresse spirituelle, des ténèbres, le déclin, et enfin la mort. » En vérité, vous et moi ne pouvons pas nous permettre d’être dans une situation aussi désespérée. Et vu l’accent que met la Division sur la mission, le ministère du Saint-Esprit ne devrait-il pas être une question d’importance?
 
Rechercher Sincèrement le Saint Esprit
Étant donné que « Partout où le besoin de l’Esprit est méconnu, on constate une sécheresse spirituelle, des ténèbres, le déclin, et enfin la mort, » ne devrions-nous pas prier sincèrement pour l’effusion du Saint Esprit? Dans cette optique, Ellen White déclare : « Puisque nous pouvons recevoir la puissance d'en haut, pourquoi n'avons-nous pas faim et soif du don du Saint-Esprit? Pourquoi n’en parlons-nous pas et ne prions-nous pas pour l’obtenir? Pourquoi ne prêchons-nous pas sur ce sujet? » Elle dit également : « Le Seigneur est cependant plus disposé à nous l’accorder que ne le sont les parents de donner de bonnes choses à leurs enfants. Tout serviteur de Dieu devrait demander au Seigneur de le baptiser chaque jour de l’Esprit. » Mme White ajoute encore : « Que des groupes de croyants se forment pour réclamer le secours et la sagesse célestes, afin qu'ils puissent concevoir et exécuter de sages projets. Qu'ils prient surtout pour que Dieu accorde son Esprit dans une riche mesure à ceux qu'il a choisis pour travailler à l'avancement de son règne. La présence du Saint Esprit chez les serviteurs de Dieu apportera à la proclamation de la vérité une force que tous les honneurs et toute la gloire du monde ne sauraient donner. » (Conquérants Pacifiques, p. 46). Je veux croire que les plus de 12000 âmes baptisées en Haïti il y a quelques semaines constituaient une réponse à un effort concerté de beaucoup de personnes en Haïti et à l’extérieur qui ont prié pour le Saint Esprit, ont compté sur Lui et ont agi par la foi en croyant en la promesse de Jésus de déverser Son Esprit.
 
Le Besoin d’Intentionnalité
Compte tenu des déclarations ci-dessus, je dois être plus intentionnel dans ma marche quotidienne avec Dieu. Comme vous, je veux m’assurer que c’est Dieu qui dirige dans toutes les phases et tous les aspects de ma vie. En bref, je dois m’appuyer davantage sur Lui - et pourtant le privilège est nôtre de chercher à mieux Le connaître et connaître Sa volonté. Le secret se trouve dans Actes 1 et 2, qui parlent des disciples qui étaient d’un même accord et cherchaient l’accomplissement de ce que le Christ avait promis – l’effusion du Saint Esprit. Qu’en est-il de nous? N’est-ce pas là la promesse de Joël 2 qui s’applique à nous? « Je répandrai mon Esprit sur toute chair. » tant que nous réaliserons pas le besoin et l’importance du Saint Esprit, les choses demeureront telles quelles. Avez-vous réfléchi à la raison pour laquelle les diverses initiatives (« Ravivés par Sa Parole, » « Implication Totale du Membre, » « Seigneur  Transforme Moi, » « 7-7-7, » etc.) se retrouvent toutes sous la bannière du Réveil et de la Réforme? Toutes ces initiatives sont conçues pour nous encourager, en tant que dirigeants et membres d’église, à reconnaître ce qu’est notre plus grand besoin et à nous impliquer. Passons à l’application aujourd’hui.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA

20 avril 2018


LE SAC A DOS QUI PARLE, UNE INITIATIVE MISSIONNAIRE!


Par Dinorah Rivera, Directrice des Ministères de l’Enfance et de l’Adolescence, DIA

C’est l’année de l’enfant et de l’adolescent! Une année pour célébrer, donner des ailes et soutenir ce groupe spécial dans nos congrégations, leur permettre de briller alors qu’ils démontrent le fruit de l’Esprit et le but pour lequel Dieu les a créés et aimés.


A un moment où l’église cherche des moyens de les garder à l’église, il est impératif que nous comprenions leurs besoins et que nous changions les choses qui provoquent le départ des jeunes; c’est-à-dire, apprendre à les impliquer et à les aimer, en leur donnant le sentiment d’appartenance et d’acceptation dont ils ont désespérément besoin.

En tant que disciples de Jésus, les dirigeants ainsi que les parents connaissent les enseignements de Jésus, mais ils continuent quelque part d’être une pierre d’achoppement; une pierre qui, comme indiqué dans les Écritures, sera fatale, non seulement pour l’enfant mais pour celui qui la représente. Jésus dit dans Matthieu 18: 5-6,  « Et quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit moi-même. Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer. »

En gardant cela à l’esprit, la Division Inter Américaine répond à l’appel lancé à l’Eglise Adventiste mondiale d’impliquer toute personne dans l’église donc d’impliquer les enfants et les adolescents dans un programme de témoignage appelé LE SAC A DOS QUI PARLE, surtout que nous sommes en plein dans l’année de l’enfant et de l’adolescent (2018).

Le SAC A DOS QUI PARLE donnera à chaque enfant et chaque adolescent en Inter Amérique l’opportunité d’utiliser l’outil d’évangélisation le plus efficace:

1. Croissance personnelle pour un discipulat efficace. En étudiant, en vivant et en mettant en pratique les valeurs chrétiennes, en comprenant que notre caractère est la seule chose que nous emmènerons au ciel.
2. Témoigner auprès des autres non seulement par nos attitudes chrétiennes, mais aussi en incitant nos pairs à faire l’acquisition des gadgets attrayants (pin’s, patches et autres) affichés sur leurs sacs à dos, ce qui leur donne l’occasion de témoigner et d’inviter leurs pairs et leurs voisins aux réunions afin de découvrir les valeurs et d’acquérir leurs propres gadgets.

OBJECTIFS

  1. Amener à la conscience des enfants et des adolescents l’importance de développer         le caractère du Christ, non seulement pour jouir d’une vie pleine, mais aussi pour être    un témoin de ce que Dieu peut faire et fera pour chacun de ses enfants.
  2. Eveiller et développer chez eux un esprit de service et de mission
  3. Inclure chaque enfant et chaque adolescent dans la grande mission confiée à l’église.

L’essentiel:

Lorsqu’on considère la santé spirituelle de notre église aujourd’hui, nous réalisons que compter uniquement sur notre message ne suffit pas. Notre comportement ressemble plus à l’attitude du monde qu’à celle du ciel. Si nous voulons être une église pertinente, si nous voulons être un groupe de personnes, une génération choisie qui est en phase avec les enseignements de Jésus, nous devons montrer une meilleure imitation de son amour et de son caractère. C’est pourquoi nous devons retourner à la Parole de Dieu et être vrais, dire la vérité, être courtois, respectueux, et avoir une attitude de gratitude, pratiquer le pardon comme Dieu pardonne, faire preuve d’auto discipline, de ponctualité, de responsabilité, de service, d’esprit d’inclusion, de confiance, d’intégrité et d’optimisme.

Tout le matériel nécessaire est disponible, y compris une application pour Smartphones et tablettes pour garder les enfants et les adolescents connectés au programme, en utilisant des moyens qui leur permettront de rester motivés.

Alors que nous permettons à Dieu de répondre à notre requête, « Seigneur, transforme-moi, » nous prions que l’Esprit de Dieu agisse dans le cœur de chaque dirigeant (pasteur, ancien, leader dans l’église et dans les foyers) afin de non seulement promouvoir ce programme, mais aussi pour abattre toute barrière qui pourrait empêcher les enfants et les adolescents d’être pleinement impliqués. Dieu, dans sa perfection et dans sa grâce, multipliera tous les efforts en faveur de Son ministère auprès des enfants et des adolescents.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA

6 Avril, 2018

« FAIRE DES DISCIPLES »

Ce week-end, alors que nous anticipons une grande moisson d’âmes à la Convention Seigneur Transforme Moi en Haïti, j’ai pensé partager cet article écrit par le président de la DIA, pasteur Israël Leito. Il est tiré du livre Implication Totale du Membre écrit par Alejandro Bullón. J’espère que cela incitera de nombreux membres à s’impliquer dans la vie de disciple.

Une Œuvre des plus Solennelles et des plus Spéciales Confiée à des Etres Humains
« Quand nous lisons Matthieu 28:18 - 20, comment interprétons-nous le commandement donné par le Seigneur? Pour certains, le mandat évangélique est une tâche difficile; pour eux, elle semble même impossible à accomplir. Pour d’autres, ce n’est rien de plus qu’un message de motivation du Christ ressuscité, et il y a ceux qui pensent qu’il s’agit d’un objectif à atteindre. Mais pour la véritable église du Seigneur, ces paroles contiennent l’œuvre la plus solennelle et la plus spéciale jamais confiée à des êtres humains: « Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. »

Appelés à Jouer un Rôle
Il a été dit : « Il en est qui, pendant toute leur vie, ont fait profession de connaître le Christ, et qui cependant n’ont jamais tenté un effort personnel pour amener qui que ce soit au Sauveur. Ils laissent ce travail entièrement à la charge du prédicateur. Mais ce dernier ne peut, quelles que soient ses capacités, accomplir seul la tâche que Dieu a confiée à tous les membres de l’église » (Jésus-Christ. p 123).

De plus, « Ils sont nombreux ceux qui ont besoin des services de cœurs chrétiens et aimants. Beaucoup de ceux qui ont été précipités dans la ruine, auraient été sauvés, si leurs voisins, des hommes et des femmes ordinaires, avaient tenté quelque effort personnel en leur faveur. Bien des personnes attendent qu’on s’adresse à elles, personnellement. Dans notre propre famille, dans le voisinage, dans la ville où nous habitons, nous avons un travail à accomplir, en tant que missionnaires du Christ. Si nous sommes vraiment chrétiens, ce travail fera nos délices » (Ibid.).


La Proclamation du Message Divin nous Concerne Tous
« En tant que chrétiens engagés dans la prédication de l’Évangile, les Adventistes savent que ce commandement n’a pas été donné à un petit groupe dans l’église. Jésus a parlé aux ‘onze’, c’est-à-dire à ‘tous’ les disciples restés après la mort de Judas. Ces ‘onze’ disciples représentaient ‘toute’ l’église. La responsabilité et le privilège de prendre une part active à la proclamation du message divin nous concernent tous. C’est de ce passage que s’inspire le programme Implication Totale du Membre. Le but de ce programme est d’encourager tous les membres d’église à accepter, sous la direction de l’Esprit, le défi qui consiste à apporter le message du salut « jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes 1: 8), et à connaître la joie que procure le fait de faire des disciples pour Christ. Le ciel est prêt à nous donner toute sa puissance, mais tous les membres doivent être prêts à aller partout. L’Implication Totale du Membre trouve aussi une raison d’être dans cette déclaration d’Ellen G. White: « L’œuvre de Dieu sur cette terre ne sera pas achevée à moins que les hommes et les femmes qui composent nos églises ne se mettent au travail et unissent leurs efforts à ceux des prédicateurs et des membres officiants de l’Eglise » (Le Ministère Evangélique, « Augmenter nos Effectifs, » p.344).

« Implication Totale du Membre: un appel à servir
nous aidera à comprendre comment le Saint-Esprit, à travers le travail de chaque membre, peut transformer une personne en disciple du Maître. Bien sûr, pour faire des disciples, nous devons d’abord être de vrais disciples.


« En ce qui concerne l’œuvre de la prédication de l’Evangile, nous pouvons aussi reprendre les mots que nous prononçons pendant le service de communion: ‘Partageons tous ...’

Maranatha. »

 —Israël Leito, Président, Division Inter Américaine


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA
30 Mars 2018

Parce qu’Il Vit - Vous Pouvez Faire Face à Aujourd’hui et Demain!

Bill et Gloria Gaither sont connus pour avoir écrit et produit des chansons telles que « Il m’a touché », « Quelque Chose de Beau», « Louons Simplement le Seigneur » et « Le Roi Arrive », entre autres. L’une des plus de 400 chansons écrites par ce duo musical, « Parce qu’Il vit » touche une corde sensible chez plusieurs. Depuis 1970, les paroles de ce chant ont engendré espérance et assurance, et ces jours-ci dans le monde Chrétien, de telles émotions sont encore plus fortes, vu que la chanson parle de la certitude de la résurrection du Christ.

La Tourmente et le Désespoir Cèdent la Place aux Paroles d’Espérance
Le moment et les circonstances qui entourent l’écriture de « Parce qu’Il Vit » ont été marqués par « une grande agitation » en raison de la culture de la drogue qui prévalait. Et comme si cela ne suffisait pas, la guerre du Vietnam battait son plein. C’est aussi à cette époque que Benjy, leur premier fils, est né. Déjà parents de deux filles et maintenant d’un fils, les Gaithers s’interrogeaient sur ces temps troublés. Dans l’incertitude et quelque peu découragés par ce qui se passait entre la fin des années 60 et le début des années 70, ils ont été inspirés à écrire les paroles: « Comme il est doux de tenir notre nouveau-né et de ressentir la fierté et la joie qu’il nous apporte, mais meilleure encore est la calme assurance de savoir que cet enfant peut affronter des jours incertains parce qu’Il vit. « Ainsi réconfortés et rassurés, ils ont compris que parce que le Christ vit, eux et leurs enfants pourraient affronter l’avenir sans crainte.

Étant donné les difficultés et les incertitudes du présent, nous pouvons, nous aussi, avoir peur de ce qui nous attend. Mais, tout comme Bill et Gloria, nous devons trouver un réconfort dans le fait que nous « pouvons affronter des jours incertains [avec une certaine assurance] parce que Christ Jésus vit. » Non seulement Il est vivant, Il est ici et partout à travers la personne du Saint-Esprit, amenant la grâce, le pardon, la vie éternelle et la force pour surmonter nos luttes quotidiennes. Et il y a plus: Il est capable de répondre à tous nos besoins parce qu’Il vit! Laissez-moi expliquer.

Faire Face aux Incertitudes du Présent et de l’Avenir
Nous aimons tous le sentiment de confiance qui découle du fait de savoir qu’il y a quelqu’un qui connaît le chemin ou qui comprend la situation que nous sommes sur le point de confronter. Réaliser que nous ne sommes pas seuls et que nous avons des indications sur la façon dont les choses vont visiblement se réaliser, nous rassure et donne un sentiment de calme. Nous avons cette assurance en Christ. L’auteur de l’Epitre aux Hébreux déclare: « Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. » (Hébreux 4:15, LSG). Ce n’est donc pas étonnant que dans le verset suivant, nous recevions l’invitation suivante: « Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. » (Hébreux 4:16, LSG).

Peu de gens nieraient que nous vivons à une époque où nous avons besoin de l’aide de quelqu’un qui connaît les temps et ce qu’il faut faire. Cette personne c’est Christ, absolument ! Comme Il est Dieu, Il sait tout! Il est tout-puissant et, comme cela a déjà été indiqué, Il possède tout ce dont nous avons besoin ou dont nous pourrions avoir besoin! Fondamentalement, Il est au contrôle, car rien ne Le prend par surprise. L’apôtre Paul déclare dans 1 Corinthiens, « Et si Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, » (1 Corinthiens 15:17, LSG). Christ est vivant et intercède maintenant en notre faveur devant Son Père, et, par conséquent, comme Bill et Gloria Gaither, nous pouvons affronter le présent et l’avenir avec certitude - « Parce qu’Il vit.»

La Résurrection du Christ Donne du Sens
            C’est un fait connu que si l’on peut trouver un sens à sa vie ou une raison de vivre, on est susceptible d’éviter le désespoir et le suicide. C’est lorsqu’une personne perçoit qu’il n’y a aucune raison de vivre qu’elle a tendance à laisser tomber et abandonner; mais avec le Christ insufflant l’espérance, on a maintenant une perspective différente. Ce qui semblait autrefois triste et sombre apparait maintenant comme étant optimiste et prometteur. Bien que la situation soit apparemment toujours la même, regarder à Christ change le point de vue ou l’attitude d’une personne par rapport à sa situation qui semble désespérée. En tant qu’individu qui a confronté de nombreux défis et qui continue à faire face à des obstacles quotidiens, j’ai découvert que le secret pour s’élever au-dessus d’eux est de garder les yeux fixés sur Christ et de faire confiance à Ses promesses. En effet, le conseil trouvé dans les paroles de cet hymne « Fixe les yeux sur le Maitre » vaut la peine d’être entendu: « Fixe les yeux sur le Maître, viens sur son merveilleux regard, et tu seras dans tout ton être, vivifié et pour lui mis à part. »

Peut-être cela explique-t-il pourquoi certaines personnes qui ne connaissent pas Christ considèrent les chrétiens comme des gens étranges; car ils s’interrogent : comment peuvent-ils être si joyeux ou positifs en ces temps difficiles au niveau économique avec ces nouveaux impôts? Comment peuvent-ils encore louer le Seigneur lorsqu’ils ont été licenciés ou qu’on leur a diagnostiqué un cancer? A vrai dire, ce n’est pas le chrétien, c’est le Christ et Sa résurrection. Comme l’ont déclaré Bill et Gloria Gaither: « Parce qu’Il vit, nous aussi pouvons vivre. »


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA
23 Mars 2018

Cas Particuliers de Consécration
Récemment, j’ai reçu une question à propos de la consécration des diaconesses et, inutile de le dire, la discussion est arrivée sur le thème de la consécration des femmes à l’anciennat. Etant donné que le territoire de la division est vaste et a de la diversité, pour refléter une harmonie dans certaines pratiques, il est nécessaire qu’il y ait des directives et des principes. En conséquence, je soumets ce qui suit. Cela pourrait s’appliquer à la fois à la consécration des diaconesses et à celle des anciennes, bien que le Manuel d’Eglise (Edition 2015) souligne davantage la consécration des anciens (voir p. 73, consécration des diaconesses et p. 193, consécration des femmes en tant qu’anciennes d’église).

La Consécration des Femmes à l’Anciennat votée par l’Eglise
La possibilité de consacrer des femmes en tant qu’anciennes d’église a été votée lors du Concile Annuel de la Conférence Générale en 1984. Même avec cette décision prise par l’église mondiale, le Manuel d’Eglise note que « 
Toute congrégation a la liberté d’élire la personne du sexe féminin qu’elle considère capable d’assumer le rôle d’ancienne dans son église…. Cependant, étant donné que la consécration des femmes en tant qu’anciennes d’église peut être un sujet de controverse, aucune congrégation ne devra prévoir d’agir de la sorte sans avoir eu au préalable une consultation avec l’administration du champ local, afin de préserver l’unité de l’église. »

La Consultation est Nécessaire pour Préserver l’Unité de l’Eglise
Voici quelques étapes listées dans le Manuel d’Eglise (Edition 2015) dans le but de préserver l’unité de l’église.

a.          Le concept devra être soigneusement examiné, discuté et dûment accepté au niveau de l’église locale. 


b.         Si une église pense agir de la sorte, la question devra être discutée et approuvée par le comité de la fédération ou de la mission, lorsque l’administration de la fédération ou de la mission aura demandé conseil à l’administration de l’union.

c.          La décision de nommer et consacrer des femmes anciennes d’église locale, ne peut être prise sans un consensus clair que le ministère d’une femme assumant un rôle d’ancienne est souhaitable et même essentiel au bien-être spirituel de tous dans l’église locale. Il faudra aussi qu’il y ait un consensus de l’église, reconnaissant qu’une ancienne doit être respectée en tant que dirigeante spirituelle, participant à gagner des âmes. L’église devra aussi exprimer sa conviction qu’il existe des aspects, dans les conseils et le service spirituel, qu’un homme ancien ne peut réellement assumer. 


d.         La grande majorité des membres votants de l’église locale devra être en faveur de cette mesure. La question sera considérée au cours d’une réunion administrative de l’église, spécialement convoquée à cette fin. Tous les membres d’église devraient avoir l’occasion de voter à ce sujet. Cette question ne doit pas être traitée lors d’une réunion régulière où les points de routine sont discutés et où les membres présents participent peu. 


e.     e.           Quelle que soit la décision de l’église, elle ne sera pas une source de division et de séparation.

Critères de consécration des anciens et diacres anciennement radiés mais qui ont été réintégrés à l’Église.
Lorsqu’un ancien ou un diacre est réintégré à l’église après avoir été radié, s’il a été rebaptisé en signe de conversion authentique et que la congrégation veut l’élire à nouveau à un poste de direction qui requiert une consécration, il est recommandé de consulter, au préalable, l’administration du champ local. 


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA
16 Mars 2018
Regard sur le Service de Communion

Le service de Communion est un service important et sacré dans l’Eglise Adventiste du Septième Jour. Il est en général présidé par un pasteur consacré ou un ancien consacré assisté d’autres anciens, de diacres et de diaconesses. Par conséquent, pour s’assurer que la signification d’un tel service soit bien comprise et pleinement prise en compte, il faut de la planification et de la préparation. D’où le partage des informations suivantes. Pour un traitement plus exhaustif du sujet, veuillez consulter le Manuel d’Eglise et le Livre Ce Que Croient les Adventistes du Septième Jour

Importance du Service de Communion

Pour les Adventistes du Septième Jour, le service de communion comprend le lavement des pieds, le partage du pain sans levain et du jus de la vigne non fermenté. Se basant sur l’exemple du Christ, l’ordonnance de l’ablution des pieds « a été établie par le Christ comme le seul moyen de nous préparer en vue du sacrement » (Manuel d’Eglise, Edition 2015, p. 119). Le service a pour objectif de communiquer « un message de pardon, d’acceptation, d’assurance et de solidarité : tout d’abord du Christ vers le pécheur, mais également entre les pécheurs eux-mêmes, » d’où l’expression : service d’humilité.

La Sainte Cène qui suit le service d’ablution des pieds revêt une importante égale. Ayant remplacé « le festival de la Pâques de la période de l’ancienne alliance, » elle comprend les symboles du pain sans levain et du vin non fermenté qui représentent le corps et le sang de Christ en référence à Sa crucifixion. En tant que tel, la Sainte Cène représente également la délivrance du péché de même que le festival de la Pâques rappelait aux Enfants d’Israël leur délivrance d’Egypte. Ainsi donc, la Sainte Cène devrait être un moment de joie « et non de tristesse » (Ce Que Croient les Adventistes du Septième Jour), au vu de ce que Christ a accompli pour nous en mourant sur la croix.

Il y a également une dimension future au service de communion parce qu’il constitue « une proclamation de la seconde venue » (Manuel d’Eglise). L’Apôtre Paul déclare : « Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. » (1 Cor. 11 : 26, LSG).

L’Annonce du Service de Communion

Le Service de Communion qui est habituellement célébré une fois par trimestre, « est généralement intégré au culte d’adoration du sabbat, de préférence l’avant-dernier sabbat de chaque trimestre » (Manuel d’Eglise), et il devrait être annoncé le sabbat précédent, ou même avant, afin de permettre aux membres de se préparer et de participer au service. Ainsi, lorsque les membres assistent au service, « ils peuvent recevoir la bénédiction attendue. »

Pour Tous les Membres

On remarque que certains membres ne viennent pas à l’église le sabbat retenu pour le service de Communion, et certains autres quittent le service juste avant le lavement des pieds et ne reviennent même pas pour la Sainte Cène. Cependant, le conseil qui nous est donné est : « Personne ne devrait se priver de la communion parce qu’il y a, près de lui, un être qui n’en est pas jugé digne. Chaque disciple est appelé à y participer publiquement, pour témoigner ainsi du fait qu’il accepte le Christ comme son Sauveur personnel. Dans de telles réunions, que le Christ a lui-même convoquées, il rencontre les siens pour les galvaniser par sa présence » (Jésus Christ, p. 661) De plus, Ellen White fait remarquer que « Même si ce sont des cœurs et des mains indignes qui administrent le sacrement, le Christ est pourtant là, officiant lui-même en faveur de ses enfants. Tous ceux qui s’approchent en plaçant en lui leur confiance se trouveront richement bénis. Et tous ceux qui négligent des avantages divins en subiront une perte » (Ibid.).

Inclure Ceux qui ne Peuvent Etre Présents

Le Manuel d’Eglise déclare : « Si, pour cause de maladie ou toute autre raison, certains membres n’ont pu participer à la communion, on pourra organiser un service pour eux à domicile. Ce service ne pourra être présidé que par le pasteur ou un ancien d’église, qui peut être accompagné et secondé, comme pour le service régulier, par des diacres ou des diaconesses. »

Anticiper le Prochain Service de Communion

Au vu des informations mentionnées ci-dessus, commençons à nous préparer pour le prochain service de Communion. Avec une préparation adéquate qui inclut le bon choix en matière de musique, des anciens, des diacres et des diaconesses habillés de manière appropriée, des emblèmes adéquats, des ustensiles et des nappes, un sermon de circonstance (plus court que les sermons habituels), précédé d’une réflexion  dans la prière par le pasteur ou l’ancien qui dirige le service, une impression durable peut être faite sur chaque adorateur, y compris les enfants qui n’ont pas encore été baptisés. Rendons le service spécial alors que nous anticipons la présence du Christ, et par dessus tout, le moment où nous souperons avec Lui sur la nouvelle terre.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA
9 Mars 2018
Le Service d’Onction

Parmi les services spéciaux de l’église, il y a celui de l’onction des malades. En fait, on peut trouver un support biblique pour cette pratique dans Marc 6:13 et Jacques 5:14, 15. Cependant, à certains égards aujourd’hui, il semble y avoir un changement par rapport à la pratique suggérée par ces textes, en particulier celui de Jacques, ce qui entraîne la pratique de l’onction dans toute situation de maladie, ou au fait de recourir à l’onction plus fréquemment et même en grand groupe, ce qui soulève les questions suivantes: « Ces pratiques sont-elles en harmonie avec les Écritures? » « Quelle est la position de l’Église Adventiste du Septième Jour au sujet de l’onction pour les malades? » En réponse à ces questions, je partage ce qui suit:

Prier pour les Malades
Le Memento de l’Ancien (édition en anglais) met en garde: « Le service d’onction ne devrait pas être utilisé pour répondre à chaque demande ordinaire, mais ce n’est pas non plus exclusivement un dernier rite. Il devrait être réservée aux maladies ou faiblesses importantes, qu’elles soient physiques, émotionnelles ou spirituelles. » De plus, le memento explique : « L’onction n’a pas pour objectif de bénir les mourants, mais d’apporter une bénédiction sous forme de guérison aux vivants. » D’autre part, le pasteur devrait respecter celui pour qui on doit prier dans le cas où il ou elle hésiterait à « révéler les détails de [sa] maladie. »

L’Onction Devrait Faire l’Objet d’une Demande
Jacques 5: 14,15 semblerait impliquer qu’une demande d’onction devrait émaner de la personne qui est malade. Cependant, en considérant le principe étayant le conseil de Jacques, il semblerait acceptable qu’un membre de la famille, un ami ou un membre de l’église fasse la demande au nom de l’individu. Le Memento de l’Ancien, dans la même veine, fait remarquer que : « Le pasteur n’a pas à juger du mérite de l’individu ou de la demande, mais il devrait plutôt faire ce que l’Ecriture préconise lorsqu’il s’agit de prier pour les malades.

L’Onction est une Expérience Vraiment Personnelle
Le service d’onction étant « une expérience profondément personnelle, répondant aux besoins spécifiques d’un individu - Il n’est pas conçu pour les grandes foules ou pour des services de guérison. » Cependant, certaines personnes citent Marc 6:13 qui dit : « Ils chassaient beaucoup de démons, et ils oignaient d’huile beaucoup de malades et les guérissaient. » Un examen attentif du texte ne semble pas suggérer une guérison de masse mais le fait que de nombreuses personnes étaient guéries grâce à l’onction.

En outre, le Memento des Anciens fait observer que « l’utiliser comme un appel pour attirer un large public est une distorsion de son objectif. » Néanmoins, il est approprié de faire ce service en présence de la famille de l’église, si tel est le souhait de la personne qui demande l’onction. »

Ángel Manuel Rodríguez, ancien membre de l’Institut de Recherche Biblique dit ceci : « Il n’y a aucun support biblique pour la pratique de l’onction des malades en grand ou en petit nombre lors de réunions religieuses publiques. Il est clair dans Jacques qu’il s’agissait d’une cérémonie religieuse privée. »

« Herbert Kiesler, un autre théologien Adventiste du Septième Jour explique : « Vu que nous sommes profondément préoccupés par le fait que cette tendance actuelle à l’onction de groupe puise son inspiration dans les cercles charismatiques et vu qu’il y a toujours le danger qu’une telle pratique finisse par devenir un exercice de routine, nous considérons que les pasteurs et les anciens de l’Église Adventiste du Septième Jour doivent se conformer aux directives qui nous sont données dans les Écritures et dans les écrits de l’Esprit de Prophétie. »

Lieu du Service
« Les services d’onction peuvent avoir lieu dans une église, à la maison, à l’hôpital, dans une maison de retraite ou partout où le besoin s’en fait sentir. S’il a lieu dans un hôpital, assurez-vous de ne pas créer d’interférences dans les soins médicaux prodigués au malade. » De plus, la longueur et le caractère formel du service devraient être prises en compte dans certains contextes ou certains endroits. Par exemple, s’agenouiller pour la prière peut ne pas être approprié autour d’un lit d’hôpital.

La Prière d’Onction
« Si celui qui reçoit l’onction désire prier, permettez-lui de prier en premier, suivi de tous les autres membres du groupe à qui l’on demande de prier. Le pasteur ou l’ancien devrait prier en dernier. À la fin de la prière, utilisez deux ou trois doigts pour placer l’huile d’onction sur le front du malade, ce qui symbolise le toucher du Saint Esprit. L’huile d’olive est habituellement utilisée, mais ce n’est pas obligatoire. » Pour un exemple de programme pour ce service, référez-vous au Manuel d’Eglise ou au Memento de l’Ancien.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA
2 Mars 2018
Rôles et Fonctions des pasteurs et des Anciens

De temps en temps, il est nécessaire de réaffirmer le rôle et la fonction des pasteurs et des anciens dans une église qui ne cesse de croitre. Même quelques uns des plus expérimentés parmi nous oublient et négligent certains points clés. Par exemple, dans l’article de la semaine dernière sur les mariages, j’ai mentionné le fait que les cérémonies de mariage sont présidées par des pasteurs consacrés. Cependant, en déclarant « si il ou elle» en ce qui concerne la conduite de la cérémonie de mariage, je pourrais avoir laissé entendre que les femmes pasteurs sont consacrées et président les cérémonies de mariage. Il convient de noter que l’Église Adventiste du Septième Jour ne consacre que des hommes au ministère pastoral; par conséquent, je souhaite clarifier le rôle des pasteurs consacrés, de ceux qui sont munis d’une lettre de créance ainsi que celui des anciens dans l’article de cette semaine.

Le Rôle des Pasteurs Munis d’une Lettre de Créance
Le Manuel d’Eglise Adventiste du Septième Jour explique: « Seul un pasteur consacré est qualifié pour présenter aux futurs époux leurs responsabilités conjugales, présider à leur engagement et les déclarer unis devant Dieu, sauf dans les territoires où les comités de division ont pris un vote permettant à des pasteurs munis d’une lettre de créance ou des pasteurs autorisés qui ont été consacrés anciens, de présider une cérémonie de mariage » (chapitre 8). En outre, pasteur Israël Leito, président de la Division Inter Américaine des Adventistes du Septième Jour, a clarifié ce même point et a fait observer que « le pasteur muni d’une lettre de créance fonctionne de la même manière que le pasteur autorisé et effectue essentiellement les mêmes tâches » (consultation avec le président le 26 février 2018). Par conséquent, un pasteur muni d’une lettre de créance peut diriger des services funèbres, présider un service de communion, faire les présentations d’enfants et baptiser s’il est autorisé par le président de la fédération / mission locale.

Le Rôle des Pasteurs Consacrés
Les pasteurs consacrés, bien qu’ils soient consacrés pour servir dans l’église mondiale, sont nommés par le comité de la fédération / mission locale pour servir dans une église ou un district. En tant que pasteurs ou responsables de district, ils « ne jouent pas le rôle de président dans leurs champs respectifs. Contrairement au président, ils ne sont pas investis de ‘pouvoirs’ administratifs, mais collaborent avec lui pour promouvoir les projets et l’application des règlements de la fédération. » Néanmoins, le Manuel d’Eglise fait remarquer que « En vertu de sa consécration au ministère, il est qualifié pour présider tous les services et cérémonies de l’église. »

Le Rôle des Pasteurs Autorisés
Les pasteurs autorisés sont des pasteurs non consacrés qui reçoivent l’opportunité « de démontrer leur appel à cette vocation, particulièrement dans le domaine de l’évangélisation des âmes. » En tant que pasteurs autorisés ils « peuvent prêcher, s’engager dans l’évangélisation, diriger des activités missionnaires et soutenir toutes les activités de l’église. » Cependant il peut y avoir des moments ou des circonstances « où la fédération juge nécessaire d’assigner à un pasteur autorisé la responsabilité de pasteur ou d’assistant- pasteur dans une église ou un groupe d’églises. »


Le Rôle des Anciens d’Eglise
Les anciens d’église (hommes et femmes) sont élus par l’église locale et travaillent en étroite collaboration avec le pasteur. Le Manuel d’Eglise déclare: « La nomination d’un ancien ne suffit pas à le qualifier pour l’exercice de ses fonctions. Il faut encore qu’il soit consacré. En attendant le moment de sa consécration, l’ancien élu peut remplir sa fonction de dirigeant d’église, mais sans pouvoir administrer ni le baptême, ni la sainte Cène. » Un ancien ne conduit pas un service de communion mais y participe. Comme c’est le cas dans une réunion administrative ou dans une rencontre du comité d’église, un pasteur préside, mais en son absence, un ancien peut présider la réunion « avec l'approbation du pasteur ou du président de la fédération. » Dans le cas du baptême, L’ancien n’est pas autorisé à diriger la cérémonie sans l’autorisation préalable du président de la fédération. » Le Manuel indique également que « Les anciens n’ont pas le pouvoir d’accepter ou de retrancher des membres d’église. Seul un vote de l’église peut le décider. Cependant, le comité peut recommander à l’église de voter la réception ou la radiation de membres. »

De crainte que quiconque n’ait l’impression que cet article est une liste de choses à ne pas faire, je précise encore que l’intention est d’indiquer les rôles. L'Association Pastorale accorde de l’importance à tous les pasteurs et les anciens et continue de les équiper et de les former pour un ministère efficace afin qu’ils accomplissent le mandat de Matthieu 28:19, 20. Sans les anciens d’église, les pasteurs consacrés, autorisés et ceux qui sont munis d’une lettre de créance, l’église ne serait pas gérée avec efficacité. Par conséquent, chacun est valorisé et apprécié par l’Association Pastorale.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA



















23 fevrier 2018
Regard sur les Cérémonies de Mariage

Parmi les cérémonies les plus agréables et les plus joyeuses qu’un pasteur est amené à célébrer, il y a celle du mariage, qui lui donne l’occasion « d’exercer un ministère auprès des couples, de leurs familles et de leurs amis dans le cadre d’une célébration joyeuse et spirituelle. » Cependant, elle peut aussi s’avérer être des plus embarrassantes et décevantes pour ces mêmes personnes si on ignore ou on n’accepte pas certaines instructions clés. Je partage donc avec vous les suggestions suivantes.

L’Objectif d’un Mariage
L’objectif des noces Chrétiennes est d’unir de manière légale et spirituelle un homme et une femme dans les liens sacrés du mariage comme cela est indiqué dans Genèse 2: 24. Respecter l’exigence légale est une manière de reconnaître les lois du pays ou une certaine juridiction qui ne doivent pas être ignorées, car Dieu n’a jamais invité à ne pas respecter les lois du pays, sauf lorsqu’elles sont en conflit avec Ses lois. D’un point de vue spirituel, le mariage a été institué par Dieu, et un couple en se mariant, reconnait Dieu et le don qu’Il fait à travers l’amour et de mariage. Par conséquent, un couple demande la présence d’un pasteur. En outre, une attention particulière devrait être accordée à la simplicité et au caractère abordable de la cérémonie.

Avant la Cérémonie de Mariage
Faire appel à un pasteur pour célébrer un mariage sans l’avertir suffisamment tôt pour qu’il prenne le temps de conseiller, c’est ne pas être juste envers le pasteur et le couple. Le pasteur est chargé par Dieu d’agir diligemment et honnêtement devant Dieu et devant les hommes, et comment donc pourrait-il / elle, quand rien ne l’en empêche, ne pas s’asseoir avec le couple pour les conseiller? Le couple ne fait justice ni à lui-même ni au pasteur quand ce dernier n’est pas contacté en temps opportun. En fait, ils se privent de l’opportunité d’examiner intelligemment et dans un esprit de prière le fonctionnement et les motivations de chacun. Un couple peut déterminer à travers cette démarche de conseil pré-marital que se marier ne serait pas une bonne expérience pour eux, et peut-être qu’il y a des raisons de retarder le processus. Donc, faire l’impasse sur le conseil préconjugal peut avoir de graves conséquences, susceptibles d’entraîner une séparation et / ou un divorce.
Le conseil préconjugal aborde des sujets tels que le tempérament, les finances, les antécédents familiaux, le contexte religieux, la communication, l’intimité et - lorsque cela est jugé nécessaire - la recommandation d’un test sanguin, etc.

Les Obligations Légales
Le mariage n’étant pas seulement une question spirituelle, il est nécessaire que tous les formulaires demandés soient remplis et que les documents requis soient fournis à l’organisme gouvernemental approprié, afin de s’assurer que toutes les exigences soient satisfaites avant la cérémonie proprement dite. Bien sûr, pendant les séances de conseil préconjugal, le pasteur veillera à ce que les formulaires requis pour la cérémonie soient signés et qu’un livret de famille ou tout autre documents nécessaires soient délivrés par l’état civil, ces derniers pourront être utilisés dans le cadre de la cérémonie.

Les Exigence de l’Eglise
Tout aussi importante est l’attention à accorder aux procédures retenues par l’église pour l’utilisation de l’église, la permission de déplacer des meubles, l’utilisation de musique appropriée et les conseils concernant la tenue vestimentaire ainsi que la disponibilité du sanctuaire. Accorder peu ou pas d’attention à l’une ou l’autre de ces choses pourrait entraîner de l’embarras et de la déception.

Planifier à l’Avance
Fondamentalement, il est nécessaire qu’un couple qui envisage de s’unir par le mariage s’assoie avec son pasteur quelques temps à l’avance pour permettre à tous les éléments mentionnés ci-dessus d’être pris en compte. Malheureusement, il semblerait que l’on mette davantage l’accent aujourd’hui sur la tenue que l’on porte, la liste des invités qui seront présents et l’endroit où la réception peut être organisée. Il convient de noter que la simplicité et le bon jugement concernant ce qui est abordable, sont des éléments critiques; car c’est après que la foule se sera dispersée que la vie pour le couple commence, et malheureusement pour beaucoup, cela commence par des factures importantes qui tendent à stresser un couple alors qu’il devrait jouir du moment et profiter de la lune de miel prolongée. Au lieu de cela, les factures occupent leurs pensées, leur temps et leur discussion. C’est la formule parfaite pour la frustration et, parfois, pour amener un partenaire à recourir à divers moyens pour supprimer le stress. La clé est de planifier et de planifier à l’avance en recherchant la direction divine.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA


16 fevrier 2018

Étiquette en Matière de Funérailles
Le décès d’un être cher entraîne le chagrin et, dans une certaine mesure, beaucoup de stress au vu de toutes les démarches à réaliser avec les compagnies d’assurance, le lieu de travail, les pompes funèbres, le cimetière, les membres de la famille, sans oublier le pasteur ou l’ancien, etc. Et pourtant, ces interactions ne constituent pas la fin de l’épreuve pour les membres de la famille, car la cérémonie funèbre elle même peut réserver des surprises, elle peut se transformer en un long et interminable service. Permettez donc que je partage avec vous quelques observations et suggestions.


Condoléances, Remarques et Hommages
Les pasteurs et les anciens devraient aider la famille du défunt à préparer le programme. A ce sujet, des conseils peuvent être donnés en ce qui concerne le nombre de personnes qui présenteront les condoléances, les remarques et ou les hommages. J’ai observé qu’après que deux ou trois personnes aient parlé, il y a répétition et il semble être difficile de respecter le 2-3 minutes du temps imparti. Il semble qu’il y quelque chose dans les services funèbres qui influence même les personnes les plus timides qui parlent plus longtemps que nécessaire, surtout si elles sont encouragées par de chaleureux « Amens ! » venant de la congrégation. Même les pasteurs et les anciens peuvent allonger le temps en prenant chacun la parole. Il n’est pas nécessaire que tous les pasteurs et les anciens présentent leurs condoléances. Le président de la fédération, le secrétaire de l’association pastorale et / ou un pasteur de l’église peut représenter les autres pasteurs et / ou les anciens. Il est nécessaire d’aider la famille du défunt à éviter la pression subie lorsque certains demandent à la dernière minute la possibilité de dire quelques mots ou d’interpréter un chant.

Chant Spécial ou Sélection Musicale
La sélection musicale consiste simplement en un chant ou une interprétation instrumentale. Cependant, si vous avez assisté à plusieurs funérailles, vous avez peut-être vu des personnes faire quelques remarques ou un petit « sermon » avant de chanter ou de jouer, oubliant que le temps passe et que d’autres doivent intervenir, y compris le pasteur avec le sermon ou l’homélie. Dans certaines églises, juste avant le chant ou le morceau instrumental, un huissier accompagne le musicien / chanteur devant et lui rappelle ce qu’il / elle est censé faire. Puis, dès que la personne qui l’a précédé quitte le podium, il / elle (le musicien / chanteur) se met en place pour chanter ou jouer sans prolonger inutilement le chant ou le service.

Lire la Nécrologie
La plupart des gens lisent la nécrologie durant le service funèbre ou dès qu’ils s’assoient en attendant le début du service, surtout s’ils sont à l’heure et ont pu obtenir une copie du programme. Donc, quand quelqu’un lit la nécrologie à haute voix depuis l’estrade pendant le service ou demande à tout le monde de la lire ensemble silencieusement, ce temps là pourrait être utilisé pour un autre élément du service.
 
Sermon / Homélie
Il est inutile de prêcher un long sermon, surtout si la famille et les autres sont assis depuis longtemps; il n’est pas juste non plus que le pasteur doive écourter son sermon parce que les personnes intervenant avant le sermon ont pris tout le temps, et par conséquent, un bon nombre de personnes partent avant d’avoir pu entendre le message. Cela soulève une question: « Quel est le but d’un service funèbre ? »

Suivi

Après l’enterrement d’un être cher, il est important de rester en contact avec la famille. Les visites, les appels téléphoniques et l’aide apportée au niveau des repas et des tâches ménagères peuvent s’avérer très utiles. Bien sûr, même si on ne braque pas les projecteurs sur eux, ces actes peuvent être nécessaires. Pasteurs et anciens, faisons notre part pour rendre les services funèbres plus courts et plus spécifiques. Et surtout, ne négligez pas l’attention et le soutien à apporter à la famille éplorée après les funérailles. 


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA




9 fevrier 2018

Baptême en Grande Pompe

En 2011, alors que je fréquentais UNADECA, l’Université Adventiste de l’Amérique Centrale au Costa Rica, afin de suivre des cours intensifs en espagnol pour une brève période, j’ai assisté à un service baptismal qui m’a marqué. Si je me souviens bien, c’était la fin d’une Semaine de Prière tenue par deux pasteurs dans la chapelle de l’université, l’un deux intervenant le matin et l’autre le soir. En tant que pasteur d’église et administrateur, habitué aux cérémonies baptismales, j’observais avec beaucoup d’intérêt, et à ma grande satisfaction, j’ai noté les points suivants qui ont retenu mon attention :

Le Baptême n’était pas ad Hoc

Très tôt dans le service, il était évident pour ceux qui étaient venus adorer, pour moi au moins, qu’une cérémonie de baptême aurait lieu. Lorsque le moment du baptême est arrivé, on n’a pas eu l’impression qu’il s’agissait d’une intrusion, mais plutôt d’une partie du programme du culte. C’était intéressant également de voir le soutien manifesté aux trois candidats alors qu’ils s’avançaient vers l’avant de la chapelle. Il m’a semblé que ces derniers étaient pleinement conscients du service et étaient prêts pour l’occasion. Le moment de l’engagement baptismal était lui tout aussi impressionnant et touchant.

Les deux pasteurs qui ont tenu la Semaine de Prière ont présenté les vœux baptismaux. J’étais assis et je regardais, et j’ai eu l’opportunité d’observer de manière objective ce que j’aurais fait au fil des années, et de considérer objectivement les similarités et les possibles différences. Le fait d’écouter l’engagement baptismal m’a permis de me mettre à la place d’un candidat et non à la place habituelle du pasteur. C’est une bonne chose, avoir l’opportunité d’écouter et d’assimiler. Pensons-nous réellement à ce que signifie vivre pour Christ et aider les autres à être prêts pour Son retour ? Assimiler l’engagement baptismal nous force à considérer ce que nous faisons. Pour ceux d’entre nous qui sont anciens et pasteurs, c’est peut être une bonne chose de prendre le certificat de baptême et de considérer ce sur quoi nous nous sommes engagés. Idéalement, le fait de reconsidérer l’engagement baptismal conduira à un renouvellement de cet engagement initial.

Dans le Baptistère

Le baptistère, que tous ceux qui étaient venus adorer pouvaient voir vu qu’il était surélevé, disposait d’une vitre transparente permettant à l’assistance de voir le baptême. Et devinez ce qu’il y avait dans le baptistère ?—des pétales de rose, en tout cas c’est ce qu’il m’a semblé, flottant au dessus de l’eau. Mais ce qui était aussi impressionnant c’était la tenue des pasteurs. Oui, les deux pasteurs qui dirigeaient la cérémonie baptismale étant bien habillés chacun avec sa blouse blanche, sa chemise et sa cravate. Quelle scène ! Ils étaient vraiment bien mis pour ce service. C’est pour nous pasteurs et anciens, un exemple. Nous devrions nous assurer d’être toujours bien habillés pour l’occasion. Ceux qui observent devraient pouvoir faire la différence entre le pasteur et le candidat.

Le Repas du Seigneur

Comme si ce n’était pas suffisant, un service de communion a eu lieu juste après. Un court sermon a été présenté après la cérémonie de baptême et l’assemblée s’est séparée pour le lavement des pieds. C’était quelque chose d’extra spécial pour les nouveaux membres qui ont pris part au lavement des pieds. J’étais heureux de faire partie d’un groupe qui a lavé les pieds de l’un des nouveaux baptisés.

Donc que voulons-nous dire par là ? C’est simple ! Assurons-nous de faire de chaque cérémonie baptismale un service spécial et non quelque chose qu’il faut simplement faire ou une tâche dont il faut rapidement s’acquitter. Cela devrait être une bénédiction pour le candidat, pour sa famille et pour l’ensemble de l’église. Ce devrait être un service que l’on n’oublie jamais. Par dessus tout, la cérémonie devrait indiquer l’expérience d’un mariage à Christ. Par conséquent, faisons de ce service un service christocentrique, un service où il est facile de rencontrer Christ.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA



2 fevrier 2018

Le Valeur des Visites Personnelles

           

Raisons Tirées de la Bible et de l’Esprit de Prophétie pour les Visites

            Le mot « visite » apparaît environ 36 fois dans la version King James et environ 26 fois dans la Nouvelle Version King James de la Bible. Ce nombre de fois souligne me semble t-il, l’importance des visites. En fait, Christ déclare dans Matthieu 25 : 43 : « J’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité. » De plus, le frère du Seigneur, Jacques, explique dans Jacques 1 : 27 : « La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde. » Au vu de ce qui vient d’être mentionné, on peut apprécier l’exemple de l’Apôtre Paul dans Actes 15 : 36 lorsqu’il dit à Barnabas : « Retournons visiter les frères dans toutes les villes où nous avons annoncé la parole du Seigneur, pour voir en quel état ils sont. » D’autre part, dans le livre Evangéliser, Ellen White souligne : « La vérité ne doit pas seulement être exposée lors de réunions publiques; un travail de porte à porte doit être accompli » (Evangéliser, p. 389). Par conséquent, conformément à la mission de visiter donnée dans la Bible et dans l’Esprit de Prophétie, le Département de l’Association Pastorale de la Division Inter Américaine encourage les pasteurs et les anciens à visiter les membres constamment et régulièrement.

Les Visites, un Must

            Indéniablement et sans conteste, les pasteurs et les anciens ne peuvent être efficaces dans le ministère sans contact personnel. Les églises non plus ne peuvent être dynamiques et engagées dans la mission sans des visites internes et des visites missionnaires. En considérant la visite faite par Jésus chez Marthe, Marie et Lazare, on peut dire qu’elle a eu un impact positif sur eux et sur d’autres personnes qui se trouvaient à Béthanie. Même au cours des années qui ont suivi et jusqu’à la période actuelle, cet impact positif s’est poursuivi. Personnellement, j’ai été béni à travers le ministère des visites et je cherche à trouver du temps pour visiter dans les foyers et à l’hôpital avec mon épouse, allant vers les membres et ceux qui ne sont pas membres. Cela me rappelle mon appel en tant que pasteur.

Réactions aux Visites

            De nombreux membres ont un sentiment d’appartenance et d’appréciation lorsqu’ils sont visités. Le message qui est ainsi véhiculé est qu’on se soucie d’eux et qu’on pense à eux. Et c’est ce que nous voulons, entre autres bénédictions, que les membres se sentent valorisés et appréciés. De plus, nous ferions bien en tant que pasteurs de former aussi les membres à se visiter les uns les autres. Cela apporte quelque chose à la personne engagée dans le ministère et le service. Cela allègera la charge du pasteur et incitera les membres d’église à être actifs et impliqués. Les membres ont de la valeur et on devrait le leur faire ressentir. Sans eux, il n’y a pas d’église. Mais plus que cela, nous sommes amenés à considérer et répondre à certains de leurs besoins, soit par l’encouragement, la compréhension des doctrines et la clarification de certaines questions.  Cela nous aide à faire preuve de sensibilité et d’être bienveillants au vu de leurs besoins. Après tout, Jésus était le maitre en la matière et Il l’est encore aujourd’hui à travers nous. Ainsi donc, montrons nous fidèles en accomplissant Sa volonté. Notre église locale, notre mission, fédération, union et division seront plus fortes.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA



26 janvier 2018

Surmonter les Obstacles du Ministère

           

            Un rapport de Focus on the Family indique que « quelque 1500 pasteurs vont quitter leurs églises . . . en raison d’une chute morale, du burnout, ou à cause d’un contentieux au sein de la congrégation » (Pasteurs et Epouses au Point de rupture - Adventist Review online). Fondamentalement, la référence ci-dessus souligne les problèmes et les défis que l’on rencontre dans le ministère pastoral. Face à cette réalité, comment gérer les défis et les difficultés causés par les membres d’église et les collègues? A ce propos, permettez-moi de partager les points suivants:

Rappelez-vous de l’Appel de Dieu
            Se rappeler de l’appel de Dieu, c’est se rassurer à propos de son but et de sa raison d’être dans le ministère. Cela équivaut à se poser les questions: « Qui suis-je? » « Qu’est-ce que je fais dans le ministère? » « Pourquoi devrais-je continuer? » Il est humain d’être affecté et d’éprouver de la souffrance et même de faire face aux échecs, mais il est crucial de savoir pourquoi on est dans le ministère et pourquoi on devrait continuer. L’apôtre Paul a fait référence à son appel au ministère de l’Evangile à peu près trois fois dans le livre des Actes, aux chapitres 9, 22 et 26. En outre, cela permet de se recentrer et d’avoir un sens plus profond de l’engagement. Cela permet aussi d’avoir un sentiment d’épanouissement et d’importance quand on s’engage dans le ministère dans l’église.

Attendez-vous à des Critiques
            Certes, personne n’aime être critiqué, même parfois lorsque les critiques sont constructives. Nous préférons recevoir des louanges, des félicitations et même des flatteries. Cependant, ce ne serait pas juste, en particulier dans le cas de la flatterie, car elle ne confronte pas l’honnêteté. Entendre semaine après semaine, « C’était un sermon formidable » peut amener un individu à s'attendre toujours à recevoir ces observations; et quand ce n’est pas le cas, cela peut être décevant. Personnellement, j’aime quand les membres font des remarques comme : « J’ai été touché » ou « Je n’avais jamais pensé qu’il y avait cela dans le texte, » etc. Cela me fait du bien parce que la personne va vraisemblablement chercher à examiner la Bible elle-même.


            Anticiper les critiques tend à amortir le coup. De même, si un pasteur peut accepter les critiques objectivement, il ou elle peut ainsi recevoir de bons conseils gratuitement. Et à part la gêne que cause la critique, il ou elle s’en portera mieux (cela dépend de la personnalité des individus, car certains d’entre nous gèrent bien la critique et d’autres beaucoup moins bien).

Mettre en Place un Ministère de Prière
            L’une des armes les plus efficaces dont un pasteur dispose, et ce n’est pas un secret, est celle de la prière. La prière permet de diriger ses pensées vers une puissance plus grande et plus élevée que soi-même, par opposition au fait de se concentrer sur les problèmes, les difficultés et les préoccupations bassement matérielles. Développez la pratique qui consiste à  prier pour les personnes difficiles en mentionnant leur nom. Il est difficile de prier pour quelqu’un et de lui souhaiter du mal. De plus, c’est en priant que l’on dépend de Dieu pour qu’Il accorde la sagesse, la solution et le courage si cela est nécessaire pour confronter mais avec tact ou à la manière du Christ.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA


19 janvier 2018
Reconsidérer l’Appel
           

           Dans 2 Timothée 1, l’Apôtre Paul a conseillé au jeune Timothée de se souvenir de son appel et de sa consécration au ministère évangélique. Cela s’est passé à un moment où Timothée était affecté par l’arrestation de son mentor, Paul, qui pouvait périr à n’importe quel moment, comme cela est indiqué au chapitre 4: 6 « Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche. » La probabilité d’une mort possible a peut-être amené Paul à inviter Timothée à être audacieux et non pas timide, en effet il lui dit : « Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. » (2 Tim 1: 7, LSG). C’est ainsi que Paul exhorte Timothée en lui disant : « Garde le bon dépôt, par le Saint Esprit qui habite en nous. » (2 Tim 1:14, LSG). De plus, il lui conseille de « ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. » (2 Tim 1: 6).

Quand pour la dernière fois avez-vous reconsidéré votre appel au ministère?
           
En tant que pasteur, directeur de département ou administrateur et, par implication, ancien d’église locale, cela fait peut-être 50, 30, 10 ou 5 ans que vous avez été consacré. Mais avec le temps et les exigences quotidiennes de l’église ou du bureau comme c’est le cas pour moi, il est possible de se laisser emporter par flot d’activités que l’on a à réaliser, par le respect des échéances et par la préparation pour un comité ou un conseil d’administration quelconque, sans parler des voyages; et à juste titre, car il faut bien s’occuper de ces choses. En dépit du besoin de se pencher sur ces tâches, il faut trouver du temps pour reconsidérer le caractère unique de la communication ou de l’impression initiale que Dieu a utilisées pour nous amener à nous enrôler dans son œuvre. Cela m’interpelle de temps en temps, surtout quand je m’engage dans des actions missionnaires. Pour dire les choses clairement, il n’est jamais facile de rompre avec la routine du bureau en tant qu'administrateur et de s’engager principalement dans l’évangélisation. Cependant je ressens vraiment de la joie quand je le fais.


Pourquoi s’Impliquer?
           Mis à part le besoin de se retrouver sur le front des campagnes d’évangélisation et des programmes de réveil qui nous éloignent du bureau, la prochaine célébration de STM du 23 mars au 7 avril en Haïti permet à certains d’entre nous à travers le territoire de la division de s’impliquer. En fait, c’est quelque chose de personnel pour moi et l’Union de la Caraïbe Atlantique (ATCU) puisque le programme STM sera accueilli dans les quatre fédérations qui composent l’union. Notre coordinateur STM au niveau de l’union, pasteur Peter Kerr, travaille déjà assidûment à cibler le personnel clé, proposant une formation et une attention continues en veillant à ce que l’ATCU soit prête à éventuellement recevoir 50 pasteurs, qui tiendront de courtes campagnes de moisson dans les quatre champs de l’union. Avec un objectif de 10000 nouveaux membres pour la période de 2016 à 2020 et quelque peu en retard sur notre objectif, nous sommes déterminés à avoir un grand moment de récolte dans toute notre union. A ce titre, le soutien de chaque membre dans le cadre de l’Implication Totale du membre est recherché par chaque champ local. En outre, l’objectif de Seigneur Transforme Moi (STM) est que chaque membre considère son appel à une forme quelconque de ministère dans le contexte du sacerdoce de tous les croyants. Quel privilège! Quel honneur de travailler pour Dieu et de se rappeler l’appel initial au ministère!


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA



12 janvier 2018

Etre Pasteur c’est Simple

            La phrase ci-dessus peut s’avérer trompeuse, surtout lorsqu’on considère les exigences du ministère pastoral aujourd’hui. Toutefois, le ministère pastoral peut-il être intéressant ? Je déclare que oui, cela peut être passionnant et enrichissant. Voici quelques étapes simples mais ayant une grande portée.

Rester en Contact avec la Source
            Contrairement à d’autres professions, le pastorat est un appel. Cependant, cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas ressentir un attrait ou un amour spirituel envers une profession quelconque. Il s’agit pour moi de souligner le besoin d’avoir une profonde conviction spirituelle avant d’entrer dans le ministère pastoral. Autrement, il est probable que l’on soit malheureux ou pas vraiment engagé face à l’opposition et à la pression. Ellen White note que « Amener des pécheurs à la croix est l’œuvre la plus grandiose qu’un homme puisse entreprendre et qui mérite ses efforts les plus nobles. » (Ministère Evangélique, p.14). Et la Bible confirme: « Nul ne s’attribue cette dignité, s’il n’est appelé de Dieu, comme le fut Aaron » (Hébreux 5: 4).
            Compte tenu de ce fait, il est absolument nécessaire que celui qui exerce un ministère en faveur des autres passe du temps de manière significative chaque jour avec Dieu – si il ou elle veut être efficace lorsqu’il s’agit de toucher les autres. Cela implique une dévotion et une lecture quotidiennes afin de nourrir son âme, ainsi que la prière régulière.

Aimer les Gens et Aimer Servir
            Il n’est pas facile d’aimer dans tous les cas, mais être pasteur, c’est suivre l’exemple du Christ. Il a démontré une disposition inégalée à porter une attention aux personnes de tous âges. Rappelez-vous dans Marc 10 que des enfants ont été amenés à Jésus, mais ses disciples pensaient que Jésus était trop occupé pour s’intéresser à ces petits enfants. Mais combien ils se trompaient, car Il a dit: « Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent » (Marc 10:14, LSG).
            Tout le monde ne possède pas une nature extravertie, cependant on peut toujours faire preuve d’une attitude bienveillante envers les membres d’église. Même quand il ou elle est confronté(e) à l’opposition et / ou à la froideur, un pasteur peut décider qu’il ou elle va tendre la main et exercer son ministère. Cela implique de décrocher le téléphone et d’appeler pour prendre des nouvelles du membre. Il s’agit aussi d’envoyer des e-mails et oui, de répondre aux e-mails, de répondre aux appels téléphoniques sans trop de délai. De plus, cela implique de rendre visite aux membres et à leurs familles à la maison et à l’hôpital. Les membres aiment savoir que leur pasteur se soucie d’eux. Vous avez entendu dire que « les gens ne s’intéressent pas à l’étendue de votre savoir jusqu’à ce qu’ils sachent à quel point vous vous souciez d’eux. »
            Visiter nécessite de la discipline. Planifier des visites régulières certains jours et cela finira par devenir une habitude.

Enseigner et Prêcher la Bible
Pour enseigner et prêcher il faut étudier, et étudier exige de la discipline. Heureusement, il existe de nombreuses ressources pour aider un pasteur dans la préparation des sermons. Cependant, il ou elle doit se retirer pour lire et prier, et lire et prier jusqu’à ce que Dieu accorde la compréhension. Cela prend du temps, d’où la nécessité de mettre de côté du temps pour l’étude. Il ou elle n’est peut pas être dynamique ou n’est pas le meilleur orateur, mais quand les gens ressentent qu’il y a une onction sur la vie du pasteur, ils lui feront confiance et l’inviteront à prier et à conseiller. Restez avec Dieu suffisamment longtemps et Il vous donnera quelque chose à dire. Donc, vous pouvez être un grand pasteur en adhérant à ces simples démarches.
l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA
 
16 Mars 2018
Regard sur le Service de Communion

Le service de Communion est un service important et sacré dans l’Eglise Adventiste du Septième Jour. Il est en général présidé par un pasteur consacré ou un ancien consacré assisté d’autres anciens, de diacres et de diaconesses. Par conséquent, pour s’assurer que la signification d’un tel service soit bien comprise et pleinement prise en compte, il faut de la planification et de la préparation. D’où le partage des informations suivantes. Pour un traitement plus exhaustif du sujet, veuillez consulter le Manuel d’Eglise et le Livre Ce Que Croient les Adventistes du Septième Jour

Importance du Service de Communion

Pour les Adventistes du Septième Jour, le service de communion comprend le lavement des pieds, le partage du pain sans levain et du jus de la vigne non fermenté. Se basant sur l’exemple du Christ, l’ordonnance de l’ablution des pieds « a été établie par le Christ comme le seul moyen de nous préparer en vue du sacrement » (Manuel d’Eglise, Edition 2015, p. 119). Le service a pour objectif de communiquer « un message de pardon, d’acceptation, d’assurance et de solidarité : tout d’abord du Christ vers le pécheur, mais également entre les pécheurs eux-mêmes, » d’où l’expression : service d’humilité.

La Sainte Cène qui suit le service d’ablution des pieds revêt une importante égale. Ayant remplacé « le festival de la Pâques de la période de l’ancienne alliance, » elle comprend les symboles du pain sans levain et du vin non fermenté qui représentent le corps et le sang de Christ en référence à Sa crucifixion. En tant que tel, la Sainte Cène représente également la délivrance du péché de même que le festival de la Pâques rappelait aux Enfants d’Israël leur délivrance d’Egypte. Ainsi donc, la Sainte Cène devrait être un moment de joie « et non de tristesse » (Ce Que Croient les Adventistes du Septième Jour), au vu de ce que Christ a accompli pour nous en mourant sur la croix.

Il y a également une dimension future au service de communion parce qu’il constitue « une proclamation de la seconde venue » (Manuel d’Eglise). L’Apôtre Paul déclare : « Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. » (1 Cor. 11 : 26, LSG).

L’Annonce du Service de Communion

Le Service de Communion qui est habituellement célébré une fois par trimestre, « est généralement intégré au culte d’adoration du sabbat, de préférence l’avant-dernier sabbat de chaque trimestre » (Manuel d’Eglise), et il devrait être annoncé le sabbat précédent, ou même avant, afin de permettre aux membres de se préparer et de participer au service. Ainsi, lorsque les membres assistent au service, « ils peuvent recevoir la bénédiction attendue. »

Pour Tous les Membres

On remarque que certains membres ne viennent pas à l’église le sabbat retenu pour le service de Communion, et certains autres quittent le service juste avant le lavement des pieds et ne reviennent même pas pour la Sainte Cène. Cependant, le conseil qui nous est donné est : « Personne ne devrait se priver de la communion parce qu’il y a, près de lui, un être qui n’en est pas jugé digne. Chaque disciple est appelé à y participer publiquement, pour témoigner ainsi du fait qu’il accepte le Christ comme son Sauveur personnel. Dans de telles réunions, que le Christ a lui-même convoquées, il rencontre les siens pour les galvaniser par sa présence » (Jésus Christ, p. 661) De plus, Ellen White fait remarquer que « Même si ce sont des cœurs et des mains indignes qui administrent le sacrement, le Christ est pourtant là, officiant lui-même en faveur de ses enfants. Tous ceux qui s’approchent en plaçant en lui leur confiance se trouveront richement bénis. Et tous ceux qui négligent des avantages divins en subiront une perte » (Ibid.).

Inclure Ceux qui ne Peuvent Etre Présents

Le Manuel d’Eglise déclare : « Si, pour cause de maladie ou toute autre raison, certains membres n’ont pu participer à la communion, on pourra organiser un service pour eux à domicile. Ce service ne pourra être présidé que par le pasteur ou un ancien d’église, qui peut être accompagné et secondé, comme pour le service régulier, par des diacres ou des diaconesses. »

Anticiper le Prochain Service de Communion

Au vu des informations mentionnées ci-dessus, commençons à nous préparer pour le prochain service de Communion. Avec une préparation adéquate qui inclut le bon choix en matière de musique, des anciens, des diacres et des diaconesses habillés de manière appropriée, des emblèmes adéquats, des ustensiles et des nappes, un sermon de circonstance (plus court que les sermons habituels), précédé d’une réflexion  dans la prière par le pasteur ou l’ancien qui dirige le service, une impression durable peut être faite sur chaque adorateur, y compris les enfants qui n’ont pas encore été baptisés. Rendons le service spécial alors que nous anticipons la présence du Christ, et par dessus tout, le moment où nous souperons avec Lui sur la nouvelle terre.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA
16 Mars 2018
Regard sur le Service de Communion

Le service de Communion est un service important et sacré dans l’Eglise Adventiste du Septième Jour. Il est en général présidé par un pasteur consacré ou un ancien consacré assisté d’autres anciens, de diacres et de diaconesses. Par conséquent, pour s’assurer que la signification d’un tel service soit bien comprise et pleinement prise en compte, il faut de la planification et de la préparation. D’où le partage des informations suivantes. Pour un traitement plus exhaustif du sujet, veuillez consulter le Manuel d’Eglise et le Livre Ce Que Croient les Adventistes du Septième Jour

Importance du Service de Communion

Pour les Adventistes du Septième Jour, le service de communion comprend le lavement des pieds, le partage du pain sans levain et du jus de la vigne non fermenté. Se basant sur l’exemple du Christ, l’ordonnance de l’ablution des pieds « a été établie par le Christ comme le seul moyen de nous préparer en vue du sacrement » (Manuel d’Eglise, Edition 2015, p. 119). Le service a pour objectif de communiquer « un message de pardon, d’acceptation, d’assurance et de solidarité : tout d’abord du Christ vers le pécheur, mais également entre les pécheurs eux-mêmes, » d’où l’expression : service d’humilité.

La Sainte Cène qui suit le service d’ablution des pieds revêt une importante égale. Ayant remplacé « le festival de la Pâques de la période de l’ancienne alliance, » elle comprend les symboles du pain sans levain et du vin non fermenté qui représentent le corps et le sang de Christ en référence à Sa crucifixion. En tant que tel, la Sainte Cène représente également la délivrance du péché de même que le festival de la Pâques rappelait aux Enfants d’Israël leur délivrance d’Egypte. Ainsi donc, la Sainte Cène devrait être un moment de joie « et non de tristesse » (Ce Que Croient les Adventistes du Septième Jour), au vu de ce que Christ a accompli pour nous en mourant sur la croix.

Il y a également une dimension future au service de communion parce qu’il constitue « une proclamation de la seconde venue » (Manuel d’Eglise). L’Apôtre Paul déclare : « Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. » (1 Cor. 11 : 26, LSG).

L’Annonce du Service de Communion

Le Service de Communion qui est habituellement célébré une fois par trimestre, « est généralement intégré au culte d’adoration du sabbat, de préférence l’avant-dernier sabbat de chaque trimestre » (Manuel d’Eglise), et il devrait être annoncé le sabbat précédent, ou même avant, afin de permettre aux membres de se préparer et de participer au service. Ainsi, lorsque les membres assistent au service, « ils peuvent recevoir la bénédiction attendue. »

Pour Tous les Membres

On remarque que certains membres ne viennent pas à l’église le sabbat retenu pour le service de Communion, et certains autres quittent le service juste avant le lavement des pieds et ne reviennent même pas pour la Sainte Cène. Cependant, le conseil qui nous est donné est : « Personne ne devrait se priver de la communion parce qu’il y a, près de lui, un être qui n’en est pas jugé digne. Chaque disciple est appelé à y participer publiquement, pour témoigner ainsi du fait qu’il accepte le Christ comme son Sauveur personnel. Dans de telles réunions, que le Christ a lui-même convoquées, il rencontre les siens pour les galvaniser par sa présence » (Jésus Christ, p. 661) De plus, Ellen White fait remarquer que « Même si ce sont des cœurs et des mains indignes qui administrent le sacrement, le Christ est pourtant là, officiant lui-même en faveur de ses enfants. Tous ceux qui s’approchent en plaçant en lui leur confiance se trouveront richement bénis. Et tous ceux qui négligent des avantages divins en subiront une perte » (Ibid.).

Inclure Ceux qui ne Peuvent Etre Présents

Le Manuel d’Eglise déclare : « Si, pour cause de maladie ou toute autre raison, certains membres n’ont pu participer à la communion, on pourra organiser un service pour eux à domicile. Ce service ne pourra être présidé que par le pasteur ou un ancien d’église, qui peut être accompagné et secondé, comme pour le service régulier, par des diacres ou des diaconesses. »

Anticiper le Prochain Service de Communion

Au vu des informations mentionnées ci-dessus, commençons à nous préparer pour le prochain service de Communion. Avec une préparation adéquate qui inclut le bon choix en matière de musique, des anciens, des diacres et des diaconesses habillés de manière appropriée, des emblèmes adéquats, des ustensiles et des nappes, un sermon de circonstance (plus court que les sermons habituels), précédé d’une réflexion  dans la prière par le pasteur ou l’ancien qui dirige le service, une impression durable peut être faite sur chaque adorateur, y compris les enfants qui n’ont pas encore été baptisés. Rendons le service spécial alors que nous anticipons la présence du Christ, et par dessus tout, le moment où nous souperons avec Lui sur la nouvelle terre.


l'Hebdomadaire Pastoral est un article hebdomadaire destiné aux pasteurs et aux anciens et produit par la département de l'Association Pastorale de l’Église Adventiste du Septième Jour, dans la Division Inter Américaine/ Auteur: pasteur Leonard Johnson, Secrétaire Adjoint de l'Association Pastorale de la DIA